Un jeu de simulation pour former les étudiants en médecine

Dès la prochaine rentrée scolaire, quelque cinquante étudiants de la 4ème année de la Faculté de Médecine Paris Sud se verront proposer un outil pédagogique supplémentaire pour développer leurs compétences et les mettre en situation réelle dans le monde virtuel : un Serious Game baptisé « LabForGames ».

Les jeux de simulation professionnels se généralisent

Dans de multiples secteurs, les jeux de simulation sont plébiscités par les entreprises pour le recrutement, pour la formation de leurs nouvelles recrues ou mettre les connaissances de leurs employés à niveau.

C’est aujourd’hui au tour de l’Université Paris Sud d’adopter un de ces programmes pour sa Faculté de Médecine. Le jeu a été élaboré et réalisé par l’équipe pédagogique de LabForSIMS, une cellule interne à l’université et qui travaille sur la Formation par la Simulation et l’Image en Médecine et Santé.

Pour cela, quatre scénarios d’urgences neurologiques ont été imaginés, permettant aux étudiants de se mettre dans la peau d’un médecin assigné à l’accueil des patients aux urgences.

Ils peuvent ainsi se déplacer à l’intérieur d’un univers médical virtuel, discuter avec les malades, les examiner, établir un diagnostic et prescrire le traitement adéquat. Au terme de trois semaines d’application en ligne, les professeurs pourront évaluer le raisonnement médical des apprenants.

Si l’expérience s’avère satisfaisante, l’utilisation de cet outil d’un nouveau genre pourrait être étendue aux 140 étudiants que compte la promotion. Par ailleurs, les étudiants infirmiers des quatre instituts rattachés à l’Université Paris Sud disposeront aussi dans un avenir proche de leur propre Serious Game, le programme étant en cours de développement.

Les clés du succès des « serious games »

Les jeux vidéo « sérieux » se multiplient dans tous les secteurs d’activité avec l’objectif de rendre des contenus… sérieux plus attrayants grâce au côté ludique, et favoriser la participation, l’interaction, et dans le cas de la formation, l’assimilation par les élèves.

Ces jeux de simulation répondent par ailleurs aux exigences d’une nouvelle génération élevée avec les nouvelles technologies. De plus, l’expérience en immersion totale proposée par ces jeux est très proche de réalité, donnant aux apprenants un aperçu de ce qui les attend dans l’exercice de leur futur métier.

L’Université Paris Sud n’est pas un pionner dans l’utilisation de ces logiciels pour le domaine médical. La psychiatrie est au cœur de nombreux jeux, dont « E-Schizophrénia », destiné à faire découvrir le quotidien de patients atteints de schizophrénie.

Malgré leur popularité, les serious games ne visent pour le moment qu’à compléter l’apprentissage, mais viendra peut-être le temps où ils pourront se substituer aux cours en présentiel. Un scénario pas si fou, au vu des avancées technologiques et de la révolution numérique dans l’éducation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*